Archives du mot-clé This is Paris Baby

Retour Vers le Futur

La mode, comme tu le sais est mystérieuse. Tour à tour surprenante, arrogante, élégante, incohérente et complètement conne.

Le retour de la veste en jean l’année dernière, d’accord. Le jean de toutes façons, je ne sais pas vivre sans et on a toujours besoin d’une petite veste (ou d’une grosse doudoune) à Paris, au mois de juin.

Le Liberty, c’est limite. Le coté jeune fille en fleur ne va pas à tout le monde et va surtout aux petites gaminettes de moins de 10 ans, mais une ou deux fleurs, sur une gaminette d’age adulte, passe encore.

Mais alors, le retour de la tennis Bensimon, comme objet de convoitise, me fait tomber de mon strapontin de RER (oui, je prends le RER pour aller travailler maintenant, mais ma vie reste néanmoins fascinante). Voir ces choses en toile fatiguée au bout de 40 secondes, avec un bout en plastique mal découpé, aux pieds des jeunes filles en fleur / fashionistas / trentenaires assumées / grand mères, me propulse immédiatement en 1990.

En ces temps reculés, ces choses, justement, étaient à peu près les seules tennis qu’il y avait sur le marché (oublie les Keds, c’etait pour les plus de 60 ans), on  (j’étais pas la seule) les portaient avec des t-shirt imprimés liberty (modèle Naf Naf, bien large pour cacher une poitrine aux allures de piqure de moustique) et on avait une idée très étrange de la sexytude (as tu toi aussi porté un pull benetton gris chiné avec un 501 noir et un bandana autour du cou ?).

On est en 2010 maintenant. On a appris des choses. Alors, laisse la Bensimon à la demoiselle d’honneur de ta cousine, et la robe en liberty aussi d’ailleurs,  et trouve autre chose pour chausser tes petons pedicurés. Si tu ne le fais pas pour toi, fais le pour moi. Tu amélioras considérablement mon environnement esthétique, sensuel et olfactif et je t’en serai éternellement reconnaissante.

Et surtout n’oublie jamais,  la bensimon n’est pas SEXY et  TOUT LE MONDE, oui même toi, pue des pieds dedans.

Quand j’étais Petit j’étais un Jedi

Hier, dimanche, j’avais le choix entre:

– une rediff de madame est servie sur série club

– alimenter les canards au bois de Boulogne (mais pas trop, sinon, parait que les rats rappliquent – et à Neuilly-sur-Seine, les rats font tomber les trottinettes, c’est bien connu)

– faire coucou aux gens sur les bateaux mouche qui passent sous le pont neuf.

J’ai choisi la troisième option, les canards sont trop gros et ne pas savoir si Angela Bauer est la sœur de Jack m’angoisse.

Entre deux saluts princiers – je me suis beaucoup entrainé en imitant queen Elisabeth – aux touristes ébahis, j’ai croisé Henri IV sur son cheval blanc armé d’un sabre laser. Et que celui qui a dit que Paris sera toujours Paris se fourre le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Paris est devenu Nobu, les gargouilles des sénateurs intergalactiques, Esmeralda, la reine Amidala et Casimodo hésite encore. Han était parti chercher le pain dans l’hyperespace, dommage.

Le 14 mai, Frédéric Mitterrand a inauguré « Astronomy Domine » une installation commandée à Jean-Charles de Castelbajac en hommage au roi Henri IV dont on célèbre le 400e anniversaire de la mort. L’installation sera visible du 14 mai au 14 juillet dans le ciel parisien, près de la statue équestre d’Henri IV, au Pont-Neuf.

Looking for Khan

Une semaine déjà, de fraîcheur, de terrasses, de métro, de bus, de traverssage de ville en 20 minutes (le soir quand même), de vélib’, de canards. Un corbac tout perdu et une bonne pluie d’orage dimanche matin, pile poil en même temps que l’arrivée de la mousson à Bombay.

Je devrais chercher une maison, mais je préfère chercher des Khan pour me sentir moins dépaysée.

j’en ai trouvé deux :

un glam’

MNIK au grand Rex – Photo Sanejé Patelle

et un autre qui préfère photoshop rapport à la bonne mine

Domi, anne et photoshop, pour vous faire rêver

This Was Bombay Baby

J’ai déjeuné avec Naserudeen Shah, lu et diné avec Kareena Kapoor et Saif Ali Khan, courru avec Farhan Akhtar, flirté avec Sahid Kapoor, chanté avec Konkona Sen Sharma, voyagé avec Priyanka Chopra et échangé un regard lourd de sens avec Shahrukh Khan.

This Was Bombay Baby

Hier j’ai déjeuné avec Vincent Lindon (et grand paradi) et aujourd’hui j’ai pris un café avec Louise Bourgoin. Et j’ai un Blackberry.

This is Paris Baby !

Hermes qui pense à tout a dessiné un sac rien que pour moi. Encore plus chic que le Kelly, plus exclusif que le Birkin,

voici le Paris-Bombay.